GALLERIES

    Huit semaines chez Nona Paris

    Huit semaines chez Nona Paris, ça donne quoi ?

    D’abord, replongeons-nous dans le contexte. Non, ce n’est pas Sarah qui vous parle ici, mais bien moi, Angelina, étudiante en DUT Communication & toute première stagiaire de Nona Paris. Après avoir passé deux mois à travailler au sein de l’entreprise, il était temps de faire un (petit) bilan de mon expérience, pour vous faire connaître Nona d’une autre manière, & pourquoi pas inspirer de futurs nouveaux stagiaires à se lancer dans l’aventure.

    Alors je vais aller droit au but (comme diraient les supporters de l’OM) : j’ai passé deux mois fantastiques, durant lesquels j’ai énormément appris. Je vous vois venir, & non je n’ai pas été payée par Sarah pour écrire de belles choses sur Nona ou sur mon expérience. Ce que vous lirez ici ne sera que la vérité, mon ressenti le plus véridique.

    Il faut savoir que ce stage a été le tout premier stage en communication de ma vie & que je suis arrivée le premier jour avec seulement une année d’étude supérieure en poche, prête à écouter & à apprendre de nouvelles choses chaque jour, telle une éponge qui absorbe tout ce qui passe. Le bilan est qu’après huit semaines, j’ai appris encore plus de choses que ce que j’imaginais.

    Chez Nona, on ne se sent pas vraiment au travail. Enfin, si, on travaille, même beaucoup (bye bye les horaires fixes et les pauses déjeuners), mais dans une ambiance telle qu’on ne voit pas le temps passer. On entend souvent dire « quand on aime, on ne compte pas », & bien chez Nona, quand on aime son travail, on ne compte pas ses heures. Le pire dans tout ça, c’est qu’on en redemande !

    Si je continue à parler travail (ne vous en faites pas, la partie un peu « niaise » arrive bientôt), ce que je peux dire c’est que j’ai pu toucher à tout. Ceci va s’adresser davantage aux potentiels futurs stagiaires, mais j’ai pu autant faire du community management que travailler avec des journalistes, mais aussi m’occuper de la direction artistique de shootings (ma partie favorite) ou bien créer des visuels sur InDesign. Nona propose une palette de services diversifiée, mais chaque savoir-faire est maitrisé & j’ai pu le voir de mes propres yeux & même y participer. C’est une expérience que je n’oublierai pas de sitôt.

    Maintenant, je vais devenir un peu mielleuse mais après tous ces termes un peu techniques, c’est l’instant remerciements.

    Sans surprise, je remercie Sarah, ma maître de stage & fondatrice de Nona Paris, car elle a su m’aiguiller & m’aider pendant ces huit semaines. Elle m’a appris beaucoup, m’a partagé son savoir & a réussi à rendre chaque mission intéressante. Mais ce qui pour moi a fait qu’elle a été une maître de stage merveilleuse, c’est que justement, je ne me sentais pas comme une stagiaire, mais comme une véritable employée. C’est même elle qui faisait mon café & non moi qui faisait le sien !

    En plus de Sarah, j’ai eu la chance de rencontrer énormément de personnes du monde du mariage ou non durant ces deux mois, en particulier une personne qui m’a beaucoup marquée (je pense qu’elle se reconnaîtra si elle lit ceci).

    En bref, l’expérience Nona a été pour moi une occasion d’en apprendre plus professionnellement parlant, mais aussi humainement. Je pense aujourd’hui pouvoir dire que j’ai des amies en plus dans ma vie & ce sera pour moi un plaisir de les revoir dès que je serai de retour sur Paris. Ce stage m’a fait grandir.

    Merci.

    -A

    Crédit photo : Lika Banshoya
    PREV. ITEM Portrait de Sarah Casta - Nona Paris
    BY:
    Sarah
    ×
    8 octobre 2018

    READ COMMENTS -

    0 COMMENTS

    LEAVE A COMMENT